La réforme impose-t-elle la sélection au sein de nos établissements?

    0
    92

    La sélection existait déjà avant la réforme. Entre la L3 et le M1, nous étions sélectionné-e-s lorsque nous souhaitions changer d’université ou même simplement lorsque nous allions dans un autre master que celui qui nous était assigné de droit. De plus, une sélection pure et dure s’opérait entre le M1 et le M2 laissant plusieurs milliers d’étudiant-e-s sans formation, alors qu’ils et elles avaient validé leur année! La sélection au niveau du master est une réalité pour les étudiant-e-s depuis de nombreuses années. Ce sont plus de 10 000 étudiant-e-s qui tous les ans étaient victimes de l’ancien système et contraints de quitter l’enseignement supérieur avec la moitié d’un diplôme.

    La réforme ne met pas fin à la sélection à l’entrée du master. Cependant, elle met fin à la sélection entre le M1 et le M2 et assure un cycle master de 4 semestres avec une cohérence pédagogique de la formation.

    De plus, le droit à la poursuite d’étude assure à chaque jeune diplômé·e·s de licence d’avoir accès à un master. Le nombre de jeune diplômé·e·s de master va donc augmenter !

    Il reste cependant de nombreuses batailles à mener pour combattre la sélection dans l’enseignement supérieur, notamment pour les masters exclus de la réforme, droit, psychologie, MEEF.

     

    LEAVE A REPLY

    Please enter your comment!
    Please enter your name here